La vie est ailleurs

 

dans le salon

chaud du songe où tu vis

des hôtes assis

dans de gros fauteuils regardent

le silence

une tasse à la main

ils n’ont plus d’histoire

à partager

 

et

si parfois

l’un d’eux se redresse

c’est pour mieux voir à la fenêtre

l’océan s’éloigner

  Maria Svarbova

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

3 réponses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s