Au début

.

non même une pierre
ne vole pas
de retour dans la main
elle flotte et
les yeux s’immergent
dans l’eau
ils y trouvent le souffle
mémoire des branchies
ainsi personne ne se noie
quand le poème finit
peut-être le lecteur commence-t-il
à glaner mot pour mot
à chercher une force d’appui
par sa propre voix
au-delà du texte
au-delà d’un rivage

.

Eva Maria Berg

Nulle part

 

L’endroit où ils étaient couchés, il a

un nom – il n’en a

pas. Ils n’étaient pas couchés là. Mais il y  avait quelque

chose

de couché entre eux. Eux

ne voyaient pas à travers.

.

Ne voyaient pas, non,

parlaient de

mots. Aucun d’eux

ne s’est réveillé, le

sommeil est venu sur eux.

.

Paul Celan

Zhu Lanqing

 

(de Poésie)

.

La terre toute entière visible

mesurable

pleine de temps

.

suspendue à une plume qui monte

de plus en plus lumineuse.

 

Philippe Jaccotet

 Riego Van Wersch

 

Coutumes

.

ce n’est pas pour y habiter que nous construisons une maison
ce n’est pas pour habiter l’amour que nous aimons
et nous ne mourons pas pour mourir
nous avons une soif
et une patience d’animal.

.

Juan Gelman

 Geoff Brown

Andrée Chédid

.

.

« Au fond, qu’est-ce que la poésie sinon l’interrogation sur les choses décisives de la vie, l’amour, la mort ? Je crois que j’ai écrit des romans pour essayer de dire ce que je fais en poésie ! [Rires.] Les gens s’imaginent que la poésie c’est obscur, un truc éthéré, un machin qui virevolte dans l’air. Alors qu’elle touche à l’essence de l’homme. Écrire un poème, c’est prendre la vie à bras-le-corps, en tirer tout le vif. Le vif de la vie c’est aussi accepter la mort. »

.

Andrée ChédidTélérama, octobre 2000

Trou d’étoile

.

Je m’assois

tout au bord

d’une étoile

et regarde la lumière

se déverser

de mon coté.

Elle passe

à travers

un petit trou

dans le ciel.

Je ne suis pas très heureux

mais je peux voir

comment sont les choses

au loin.

.

Richard Brautigan

Image John Brosio

Aylan

.

à peine

étions-nous partis

que la mer revint effacer

nos empreintes

sur le sable.

Le ciel était gonflé

de larmes, nous avancions

tête basse ; et le bruit des vagues refluait

vers les grands arbres,

à l’endroit même de nos habitudes.

.

© tv

Maryam Alakbarli

 

(de) habertstrass

.

Jeunes vieux

passants que la nuit traverse

la mer et ses feux.

 

les uns rient plus haut que les toits

et parfois trébuchent

comme si leur ombre même

brulait à l’intérieur.

 

Guy Goffette

Daniel Soares

 

Boulevard de la Colonne

.

le corps baigné

d’une douce écume,

à marcher au hasard

parmi les ombres lasses.

L’esprit palpite

du bruit

que font les objets

inutiles, l’astre rigole

et on entrevoit

au loin

des corps que la lumière

consomme.

.

©  tv

Carlo Zinelli

 

On voit

.

Par le monde on voit

chambres rouges

avenues à flambeaux

femmes aux orteils posés

sur des terres chaudes

invitations à mourir

faites la nuit comme le jour

parfois près de l’usine atomique

des glaneuses penchées

jusqu’au soir.

.

Jean Follain

Ole Marius Joergensen

.