Habitance

 

ce que tu dis

et ce qui est tu

 

ce premier tu qui avance

à son pas

le visage clair et sans l’entrave

ou

l’autre

de ces mots

en petit nombre à chaque fois

ravis aux confins

du silence

 

et ce pendant – sais tu

à force de rien effile le mystère

ineffable

  Yean j Yue

(de) Conférence sur un paysage

 

Comme quand le paysage glisse

sous la

peau. Comme quand l’hiver s’installe

dans un

 

puits. Celui qui s’en va

regarder

dedans

y trouve le ciel, qui se change en

 

nuit.

Et une étoile

qui scintille

dans le ciel véritable.

 

Jan Erik Vold

Robert Darch

 

(de) Poésie verticale

 

Être.

Et rien de plus.

Jusqu’à ce que se forme un puits en dessous.

 

Ne pas être.

Et rien de plus.

Jusqu’à ce que se forme un puits au-dessus.

 

Ensuite,

entre ces deux puits,

le vent s’arrêtera un instant.

 

Roberto Juarroz

Melissa Schriek

 

Chemin des moulins

 

dans le long couloir

qui nous habite

l’œil colle à l’absence

 

des corps

sans grâce y flottent

en silence

les murs se couvrent d’ombres

fleurées

sans soute sommes-nous morts

sans même le savoir

 

au cœur de l’été  

Matthew Beck

(de) Neige

 

Sait-elle

qu’elle existe

la corneille sur le fil

de fer ?           Car la nuit vient.

De leur passage en terre

inconnue, rien n’est resté.

 

Les os

trop lourds, les crânes

disproportionnés appuyés au mur

de béton

Lui monte

à la porte

du dépositoire la garde…

 

Gérard Bayo

 Pierre Soulages

Toussaint

 

la petite vieille

l’œil bas

qui astique la dalle jouxte

sait-elle où vont les morts

quand ils nous dés-appartiennent

le jour de tes funérailles

nous étions pourtant là

le regard comblé de roses

si peu oublieux

à prier sous un ciel

de taille

   Bertrand Lamouroux

 

 

La fin des fins

 

invisibles

l’un de l’autre

sourdes carcasses sillant

le rivage

nous avons perdu l’épreuve du temps

maintenant le regard bat

dans l’ombre des objets et le silence

pour ce qu’il n’est plus

Soo Burnel

 

(de) La terre vaine

 

Pas de rocaille

S’il y avait de la rocaille

Ainsi que de l’eau

Et de l’eau

Une source

Un étang parmi la rocaille

S’il y avait ne serait-ce que le bruit de l’eau

Pas la cigale

Et le chant de l’herbe sèche

Mais le bruit de l’eau sur la rocaille

Là où la grive-ermite chante parmi les pins

Plic ploc plic ploc ploc ploc ploc

Mais il n’y a pas d’eau

 

Thomas Stearns Eliot

Clement Chapillon

(de) Rencontre

 

Sur ma terrasse en Virginie, 

Loin des vols d’étourneaux, 

Quand le soleil 

Dévore un blanc cadastre,

J’ai ravi le poignet du silence, 

L’ai serré contre moi :

Tout était ocre et bleu

Et le sentier sur mon épaule, 

Tel un grain d’orge, s’est posé. 

 

Ô floraison !

 

Gérard Engelbach

 Dan Wetmore

 

 

(de) Aria

 

Met en rang ses souvenirs

ils crient qu’ils n’ont jamais existé.

Met en rang les noms

ils battent ensemble comme des cuillers de bois.

Met en rang les visages et eux par bandes se délitent

mélangeant les ongles et les sons.

Parle avec l’air.

« Tu ne blesses pas » dit-elle,

mais l’air brûle et fauche – à ras – le passé.

 

Antonella Anedda

Carla Piacenza