La femme pieuvre

 

le corps impatient

de la femme pieuvre

sous le drap rose

le sel de sa peau

humide

ses joues creuses

de l’adolescent

que ses bras nombreux enlacent

peu de chose en vérité

la douceur du vélin

un fatras de mots

qu’elle gobe

comme autant de fruits

exotiques

 

Francis Picabia

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

4 réponses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s