Le beau lac

 

à l’envers

la dent du chat qui frémit

sur l’eau grise

 

le train oblique

 

d’une roselière

le nez d’un canot engourdi

la roche muette

 

puis la maison du poète

qui ne pissait jamais que

l’eau claire

Andy Denzler

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

3 réponses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s