Névroses

 

sous la lune

qui perce au vent

un vieux chêne montre ses fesses.

Cinq heures sonnent.

Les enfants jouent

sur l’herbe rase, non loin

des mères délibèrent

quand de l’épine

les cris d’un chien

errant

 

©  tv

Image Michel Berberian

 

 

 

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s