Vu d’ici,

 

la terre parait

endormie. Reste

une sorte de pavement

polychrome

balayé par le vent.

Avec de longs fils de soie

sur lesquels flânent

de petites chiures dorées.

Et ce carré blanc

à l’orée du village ?

Sans doute le cimetière.

 

©  tv

Image Moebius (alias Jean Giraud)

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s