Etreinte

.

sous les saules

qui longent la rivière

la mémoire sombre

en silence

.

il n’est rien

.

l’eau est grise

la terre encore tiède

et sous le halo flétri

enflent

.

les subsides

d’un lendemain

Margherita Chiarva

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

2 réponses

  1. bercé par le souvenir
    de quelques bancs de vase
    de matins d’insouciance
    restés collés au coeur
    on l’y voit là souvent
    sous les rameaux pendants
    qui sonde patiemment
    la mémoire du sable
    et de cette eau tranquille
    qui y sait mieux que nous

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s