Au feutre noir

.

dans le fatras

des images obscures êtes-vous

seulement couchée ? coraille

l’oiseau de proie

.

une chose imbibe la nuit

la distance ou peut-être

vos mots qui piétinent

dans le froid

.

plus en-dessous

le destin fait sa mue au creux

de son trou

Marie Bouttier

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

3 réponses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s