Les monstres ne chôment pas

.

ces crocodiles

longs de quelques centimètres

l’œil fiévreux

qui arpentent le parquet

ont-ils peut-être une mère qui attend

dans l’eau saumâtre

du bain

Pierre Alex

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

1 réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s