La faille

 

un feu sinue

la nuit entre les murs

 

suscitant des visages

que l’on pensait

oubliés

 

le tien fait partie

de ceux-là. Il est teint d’ivoire

et ne sourit jamais

 

mémoire de ce qui n’est pas

ou n’a jamais pu être

 Alberto Lara

 

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s