Le charmant Som

 

du ciel brouillé

une ombre par-dessus

les têtes. Et d’un seul coup

de franchir les crêtes

qui bordent les versants

déserts.

Ainsi perçons-nous le conte

mon amour : une vallée couchée

sur un banc de brume

du vent furieux et à l’entour

des bêtes tirées

du néant

 

tv

saatchi art

 

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

3 réponses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s