L’autre vie

 

Ronde et

bleue cette larme

longée entre deux cils. Que tu essuies

d’un revers de main. Avant cette autre

plus épaisse. Est-il un mot ou

un geste pour cela ?

Le froid brule nos racines et

la pierre s’empare de nos maux indicibles.

Seule la voix de l’enfant qui joue

dans la chambre.

 

©  tv

Image Vanessa Vercel

 

 

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s