A quelqu’un

 

Hier je t’ai vu en rêve et c’était la deuxième fois.

Mais six fois déjà j’ai rêvé de ton mari.

Même en rêve je ne peux parler longtemps avec toi.

Mais avec lui je parle, je me promène dans mes rêves.

Les rêves sont contre moi. Ah,

Je doute de l’autre monde !

Quand je t’ai vu en rêve, je me suis aussitôt éveillé

Et j’ai mis du temps pour me rendormir.

Mais les rêves de ton mari s’éternisent

Et le lendemain, oh, j’ai mal à la tête…

Faut-il le dire ? Une fois au moins je voudrais en rêve

Tuer ton mari, voir ce qui se passerait

Si j’en aurais quelque regret

Aru Hito Ni

Traduction d’Yves Marie Allioux

Image http://lesphotosdejielbe.fr/index?/category/165-musee_art_contemporain

Advertisements

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

1 réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s