L’arche

.

nous sommes

assis sur le pont avant et

nous attendons

que le bateau bouge

il y a

ces couples âgés et

des familles pour qui

la place semble comptée

les gens seuls

un homme en uniforme

avec deux sirènes

aussi la tète d’un chien qui dépasse

d’un sac à dos

j’imagine soudain quelqu’un

crier : que faites-vous là

et nos regards

doucement de glisser

vers la lagune

André Lichtenberg

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

2 réponses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s