Matière lunaire

.

au bout du chemin

l’esprit devient ce que

le ciel observe

visage

après visage

.

en silence

irraisonnable

à épier un nom

quand ce n’est pas l’enfant

qui joue dehors

.

à moi-aussi

la terre manque

que sa propre tête

et des étoiles qui partent

au vent

Kavavawao Mannome

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

1 réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s