La maison du vide

 

Quand sera ce jour

j’habiterai

un fauteuil sous la fenêtre

des hommes et des femmes passeront

la tête

leurs voix seront sourdes

et j’oublierai la vielle promesse

 

Cette main qui se pose

sur mon épaule

 

Fernanda Frazão

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s