Soir

Ma Lucie avait-elle les pieds dans le ruisseau ?

Trois immenses peupliers

une étoile.

Le silence mordu

de grenouilles parait

une gaze piquée

de verts grains de beauté.

 

Sur la rive

un arbre sec

se voit fleurir en cercles

concentriques.

 

Et sur l’eau mes songes s’évadent

vers une fille de Grenade

 

Frédérico Garcia Lorca

Image El Nino

Advertisements

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s