Mourir d’aimer

 

Les lueurs du matin par les battants ouverts.

Comme un rai qui affranchit les ombres

de nos lois.

Je me tourne vers toi.

Assise au coin du lit, le regard en dedans

à gratter la peau morte d’une jambe.

On marche dans le couloir

une voix ourdit derrière la cloison

: le sentiment étrange

que désormais, plus rien ne peut

aarriver.

©  tv

Image Hourse by railroad – Edward Hopper

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s