Il neige en août

.

flocons de brume

lentement

sur du trottoir tiède

cela et autre chose

.

les heures passent

l’ombre dévore l’été

.

il faudrait sortir

.

moi-aussi me faire avaler

n’avoir plus rien à écrire

.

me succéder

Hülya Cömert

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

3 réponses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s