Aylan

.

à peine

étions-nous partis

que la mer revint effacer

nos empreintes

sur le sable.

Le ciel était gonflé

de larmes, nous avancions

tête basse ; et le bruit des vagues refluait

vers les grands arbres,

à l’endroit même de nos habitudes.

.

© tv

Maryam Alakbarli

 

Boulevard de la Colonne

.

le corps baigné

d’une douce écume,

à marcher au hasard

parmi les ombres lasses.

L’esprit palpite

du bruit

que font les objets

inutiles, l’astre rigole

et on entrevoit

au loin

des corps que la lumière

consomme.

.

©  tv

Carlo Zinelli

 

La femme pieuvre

 

.

le corps

impatient

de la femme pieuvre

sous le drap rose

le sel

de sa peau

humide

.

et creuse.

Le jour renaît.

De l’adolescent

que ses bras nombreux

enlacent, peu de chose

en vérité : des ailes

.

en papier vélin

un œil bien rond

et un fatras de mots

joyeux

qu’elle goûte

comme autant de fruits

amers.

.

©  tv

Francis Picabia – Héra

Conjectures

.

Que ferions-nous

ensemble

dans ce canot ?

Me

dirais-tu le jour d’avant ?

Saurais-je encore armer

deux rames ?

Ou

laisserions-nous

sans détour

le soleil fléchir

nos corps blancs

et retournés ?

.

©  tv

Emmanuel Correia

 

Le beau lac

 

à l’envers

la dent du chat

qui frémit sur les eaux grises.

Quand du ciel de mars

 

un rai comme l’avent

d’une saison craintive.

Le train oblique sur la gauche

: d’une roselière

le nez d’un canot engourdi

.

des roches muettes

et sous un long taillis

la maison du poète

qui ne pissait que l’eau

claire.

.

©  tv

Andy Denzler

Léonard

.

naître la seconde fois

au cœur de l’hiver

sans pleurs ni douleurs inutiles

juste goûter la main pudique

du petit jour, se défaire de soi

et au creux de l’oreille

entendre la voix sombre

chanter : Hineni,

Hineni.

©  tv

Louis Soutter

Au soir

 

Ronde et bleue

cette larme allongée

sur ton cil. Puis une autre

encore plus épaisse

que tu essuies

d’un revers de main.

Par-dessus ton épaule

la pointe d’un pinceau tendre

mais de partout

le chiendent de l’hiver

et la voix de l’enfant qui sort

de sa chambre.

 

©  tv

Image Vanessa Vercel

 

 

Névroses

 

sous la lune

qui perce au vent

un vieux chêne montre ses fesses.

Cinq heures sonnent.

Des enfants jouent sur l’herbe rase

non loin les mères délibèrent

: d’un buisson d’épines

les cris d’un chien

de couleur sable.

 

©  tv

Image Michel Berberian

 

 

 

Sur le quai

 

ce doux profil

sous la lueur froide

d’une lanterne

: on dirait le motif

d’un poisson couché

sur une porcelaine.

J’étire le cou

pour découvrir l’oreille

mais sous des mèches

de cheveux rouges

un puits rempli de mots

inconnus.

©  tv

Image Michel Berberian

La saison froide

.

pressées l’une

à l’autre

nos chairs nues

sur un tapis de laine

la pulpe d’un doigt

qui court sur une peau blême

puis un souffle puis

une légère pression

de l’abdomen

Matin d’amour

deux petites cuillères

rangées au fond

d’un tiroir.

©  tv

Image Four trees – Egon Schiele (1917)