La matinale

 

ces voix

qui entravent la douceur

du matin

 

inlassablement

elles disent le livre de la fin

On y voit le jour rendre

du sang

la terre est trop petite

et l’espoir fond comme neige

au printemps

 

en même temps

je me creuse pour trouver

un prénom

Marijane Ceruti

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

2 réponses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s