de l’ombre des leurres (extraits)

 

de quoi vivre

ou s’enfuir

le vain soleil des mains

en haleine du corps

de quoi dire

l’ombre qu’il faut

pour autant que l’on vienne

en prendre le rayon

 

Marie Bauthias

Slevin Aaron

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s