Insomnie

 

ce corps

qui s’allonge au plafond

sur un ciseau de brasse

on dirait le tien

indifférent

aux voix qui poussent

sur le rivage

lui sans cesse de creuser

une ligne d’écume

sur les eaux noires

de l’océan

Carole A. Fuerman

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

2 réponses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s