Etreinte

.

sous les saules

qui longent la rivière

la mémoire sombre

en silence

il n’est rien

la terre encore tiède mais

du halo flétri enflent

déjà les subsides

d’un lendemain

Margherita Chiarva

Ici et avant

.

à

nos pieds

les corps blancs

de ceux qui gisent au bord

de l’océan

aussi

un chemin de pas

parmi les herbes sauvages

quelques rochers

et une foule de petits noms crochés

au bleu céleste

Céleste Dupuy Spencer

Anise Koltz

.

ma peau millénaire

tendue

entre le soleil et la lune

est marquée du signe de Caïn

.

Ce sont mes yeux

qui inventent le monde

.

La terre est aveugle

elle est un animal qui écoute

.

Anise Koltz

Aimée Hoving

Relief

.

Aujourd’hui la lampe parle

.

elle a pris une couleur

violente

tout éclate et rayonne

et sert

jusqu’aux miettes

.

la soucoupe blanche

que je vois sur la table

que l’air modèle

.

la vérité morte

froide

vivante maintenant

.

et sans arrêt

.

à voix haute

.

André Du Bouchet

Gregory Crewdson

Le mot magique

.

J’ai ouvert

la porte

je suis entré

je l’ai fermée

l’appartement

était vide

je savais

que personne

ne

viendrait

jusqu’au lendemain

Je me suis assis

sur le divan

j’ai

regardé autour

de moi

et ensuite j’ai dit

à voix haute :

« cheval »

.

Alberto Moravia

Ted Gordon

L’avent

.

sans cesse

la lumière retourne

au point d’origine

sont là

.

les mains roses

et les visages ouverts

les mots ignorants

la gêne

.

ce qui prête

à la partie infirme

du soi

Polina Washnington

Amours en chemin

.

le corps ne sait plus

ce qu’il est

.

honni

du lieu de l’habitude

il retourne

sans relâche

au récit du jour

d’avant

.

aussi

des visages à l’envers

insensiblement

qui perdent la couleur

.

et une ombre qui danse dans

le couchant

Hervey Stein

Lésion

.

La couleur afflue à cet endroit, rouge morne.

Tout le reste du corps est sans tache,

Couleur perle

.

C’est dans une cavité de roc

Que la mer vient aspirer,

Un seul creux suffit à la concentrer tout entière.

.

De la taille d’une mouche

La marque du destin

Rampe le long de la paroi.

.

Le cœur se ferme,

La mer se retire,

Les miroirs sont voilés.

.

Sylvia Plath

Morton Bartlett

(note bleue)

.

bas et lourd
ce couvercle

son poids de détresse
de peurs qui s’amoncellent

sans peine
les oiseaux le soulèvent

ou simplement
ils l’ignorent

leur chant est ici
et déjà ailleurs

dans le jour qui court à sa perte
ils écoutent

plus loin que ce qui est perdu

.

Marc Dugardin

Youngna Park

(de) Nature morte

.

Arbre. Ombre. Terre

sous l’ombre pour les racines.

Monogrammes enlacés.

Argile. Rangée de pierre.

.

Racines. Leurs entrelacs.

Pierre dont le propre poids

arrive à libérer de

tout ce système de nœuds.

.

Elle ne bouge pas. Impossible

De la déplacer, de l’emporter.

Ombre. Homme dans l’ombre,

comme un poisson dans la nasse.

.

Joseph Brodski

Robert Darch