Dans le rêve

.

qui nous occupe

l’œil propage une lumière qui brûle

les projets

les visages ne sont ni les nôtres

ni ceux des autres

les voix dans l’oreille refluent

vers la lenteur des âmes et par-

dessus les arbres

s’amassent quelques nuages

inutiles

.

comme si la vie était prise ici

à son propre piège

Margharita Chiarva