La vie de famille

 

au crépuscule

le son plaintif du bandonéon

 

puis l’habituel pas

de deux sur la faïence

 

des éclats de voix et

des mots jetés aux visages

 

l’impuissance de ces motifs

répétés à l’infini.

Jacques Bonenfant