Agony

.

vois l’ombre que

la lune continue

de blanchir

.

qui marche

sur l’été pour trouver

un lieu commun

.

sans cesse la voix

de l’être qui manque

la maison perdue

.

et l’avant

qu’il faudrait fondre pour

épuiser la force

Toshio Okamato

Tel

.

à n’en plus finir

la façon du visage

dans le miroir des eaux

.

un œil en proie

à lui-même

aussi méfiant qu’une bouche

.

et cette voix

qui accouche d’un autre

soi-même

Archeno