Le non-retour

.

au pied du mur

les ombres qui riaient l’autre fois

.

puisqu’il t’appartient

de te pencher sur l’abyme

tu cries 

 

la froideur de l’eau et tu as raison

 les jours sans lune et tu as raison

 le poison de la bouche et tu as raison

 les chairs en lambeaux et tu as raison

 la peur de vivre

 

et tu as raison

Marie Dashkova