Réveil

 

sous le vent

le frisson des feuilles mortes

avec ce vol d’oiseaux qui occupe

le ciel

jalousement

mutité

du jour qui se lève

l’air est frais

il reste des braises

mais l’éloignement apaise

la durée

 

 

Vadim Solovyov