« Je est un autre »

 

longue étoffe

de soie tirée par les eaux

et sur laquelle dort

un corps ocré

l’œil ne s’ouvre ni se ferme

les traits du visage sont effacés

il n’y a plus d’âge

ni ombre accrochée aux pieds

mais à mesure

que s’éloigne le rivage

l’illusion s’empare de la vérité

 Maurizio Anzeri

Imprégnée du rien

 

les yeux murés

de lumière

en arrière de vous

je creuse un début / je veux dire

un seuil

au-delà duquel les traces

s’effacent

 

du doigt caresser

le silence

effacer ce que le verbe incarne

 

s’attendre

Aino Kannisto

(vers le grand escalier)

 

sur les pavés

qui rentrent à la corde

chassés par le froid

ici même

sans le vouloir

la soudaine harmonie

de nos pas

aussi

l’étreinte de ta main quand

au courant d’air apparaissent

ces ombres assises

sur l’a-coté

 

– se souvenir

de Jacques Message

dis-tu d’une voix grave

tv5

Sur la terre comme au ciel

 

flagrance

de ces corps nus et

coupés

que tu vois

sans regarder par-dessus

les têtes

 

dressés les uns

pour les autres

avec ce même sourire

ce sourire en creux qui limite

la lumière

 

reflet de ce que tu n’es pas

la peur de tout perdre

Gary Sheridan

Venise n’existe pas

 

enjamber

le gouffre qui traverse

la pierre

s’envoler du soir

au matin pour dépendre

le crin d’automne

pleurer

parmi les tessons de verre

ceux d’entre nous qui gisent

au sol

Boris Mikhailov

Le non-retour

 

accrochées au tissu

des murs

les ombres que tu croyais mortes

l’autre fois

 

leurs noms solubles dans l’éther

Tu dis :

 

la froideur de l’eau et tu as raison

les jours de lune et tu as raison

partir ou non et tu as raison

l’excès de mots et tu as raison

l’œil du commandeur et tu as raison

 

tu as raison

Marie Dashkova

 

 

Eboulis

 

Que voit-on chez les enfants

d’Anniston ?

 

Frisson d’eau et

rideaux aux fenêtres

le silence

à peine

un sourire pour écrire

la souffrance

 

comme de petites pierres

jetées dans la partie creuse

de l’édifice

tv5

image-e1448366370628 Samuel Bollendorff

 

La fin des fins

 

le claquement

du verrou que ta main

par deux fois tourne

un souffle et de plein fouet

l’atrophie du temps

 

à nouveau

le vent plein des senteurs pourries

de l’automne

Tayfun Gulnar

 

 

La maison du vide

 

Quand sera ce jour

j’habiterai

un fauteuil sous la fenêtre

des hommes et des femmes passeront

la tête

leurs voix seront sourdes

et j’oublierai la vielle promesse

 

Cette main qui se pose

sur mon épaule

 

Fernanda Frazão

Crépuscule

 

à peine un mot

ce mot et tu tournes

le dos

pour te fondre

arbre

parmi les arbres

dans les eaux noires

de la rivière

sans autre effet

que cette croix gravée

sur ton épaule

blême

image-e1448366370628Gus Powell