Vers les abysses

 

sombrer

les yeux mi-clos

dans les eaux troubles

du fleuve

se tortiller parmi les corps trépides

avant d’effleurer du pied

un coin de lit tiède

et visqueux

 

avant

l’endroit grouillait

de ces femmes-poissons que les marins disent

sirènes

il y avait des épaves pleines

de mauvais or

et on y entendait des chants peints

de joie et d’ivresse

 Trent Park

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

5 réponses

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s