Sainte Catherine

 

Pise lointaine, sirocco

bohémien de la plaine

et l’onde au pont

et les feuilles et les troncs

vifs

Tous ces jardins que nous ne connaissions pas

et qui nous reconnaissent, ces arbres obscurs

et si grands qui se rapprochent, se laissent

toucher, comme si il était possible

de toucher la terre, le temps, la vie

 

Roberto Veracini

Hugo Pratt

 

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s