Les heures indoues

 

en tourbillon

les premières poussières de l’hiver

sur les faubourgs. Aussitôt

 

        Gemini,

 

le serpent d’acier

se resserre, du temps passe et

je m’inquiète :

 

        même si je n’suis rien,

 

ces sols atteints de lèpre

ces murs derrière les murs et toujours

 

        si j’suis personne,

 

de la fausse lumière

 

        personne

 

seul ton rire qui frémit

sur le tas de pierre

 

 

 Mattew Gamber

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s