Octobre blanc

 

livrée

aux quatre vents

la page jadis arrachée

au cahier du jour. De survoler

un instant

le jardin avant de tomber

dans l’eau grise. Surgit

alors l’enfant que j’étais en mille neuf cent

soixante-treize. Le visage maigre et

noyé de pluie. A l’endroit même

où se dressait hier encore

le chèvrefeuille

de Tartarie

 

tv

image-e1448366370628 Albert Louden

 

 

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

2 réponses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s