Une vie comme ça

 

l’espace

empli d’une lumière

allusive

des herbes éternelles et

des cailloux repris

à la rivière.

Le sol jonché

de pareils résidus et

rien d’autre

 

si

le soir

cette enfant qui colle

son nez à la vitre avant d’établir

le néant

 

© Jacques Bonenfant

Maria Svatbova

 

 

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

1 réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s