.

des Abbesses

au pied de la butte,

l’harmonie de nos pas.

Puis l’escalier

sans fin

l’humeur de la pierre

et nos ombres

enlacées au pied

d’un lampadaire.

Nous marchons ici

comme au fond du puits

: la transparence

des mots, la main égale

au regard –  leurs bouches

se détachent – l’insolence

de ces journées livrées

à elles-mêmes

.

Se souvenir de Jacques Message.

.

©  tv

Jone Reed

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s