Deux petites cuillères

.

au fond d’un tiroir

nos chairs pressées

l’une à l’autre

 .

matin futile

la pulpe d’un doigt

sur ma peau

 .

un souffle puis

une pression légère dans

le dos

tv5

Image Egon Schiele (1917)

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s