Mourir d’aimer

.

les lueurs du matin

par le battant ouvert

.

un rai de lumière sur le parquet

je te vois

.

assise au coin du lit

le regard en dedans

à gratter les peaux mortes

d’une jambe découverte

.

on marche dans le couloir

une voix ourdit

le sentiment étrange que désormais

rien ne changera

tv5

Image Edward Hopper

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s