Maisons

 

ciel de décembre

de nos bouches la fumée

qui grossit le frimas parisien.

L’acier grince

et sous l’œil en bois des chevaux

l’herbe s’enroule.

Un geste de la main

à peine le temps de creuser

une poche que tu reviens

mon enfant

à la tête d’une armée composite.

La robe ivoire

du demi-sang qui t’emporte

son regard halluciné.

tv5

Image http://www.sampad.fr/portfolio-items/carroussel/

A propos terrain vague

la poésie en mille morceaux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s